Dating, handicap et tralala

Avez vous eu l’occasion de voir la campagne de pub du site de rencontres bien connu des – jeunes – célibataires français, “Adopte un mec“ ?

Franchement, quand j’ai vu les affiches, je les ai trouvées vraiment marrantes et sympas, avec ces gars pop’ sous forme de poupées à habiller. Ça change qu’une campagne de pub prenne le contrepied de la femme objet. Et puis elles sont bien réalisées, simples, drôles et efficaces.

J’étais dans le tram quand je les ai remarqué. Du coup, devant ce temps de réflexion disponible,  mon cerveau a dérivé et j’ai pensé à mes potes celib’ qui utilisent ce site, à leurs déboires amoureux, aux soirées qu’on a passées à parler de leurs ratés, de leurs désillusions, des fois où ça a été plutôt sympa pour eux. Y’en aurait à raconter, et si vous avez des amis qui vivent le même genre de situation, vous savez de quoi je parle !

Évidemment, j’ai aussi pensé à Damien. Damien, c’est l’un de mes meilleurs potes.

C’est un gars super sympa, érudit, avec beaucoup d’humour, barraqué, une petite gueule d’ange, et célib’. Alors Adopte un mec, ouais bien sur, il connaît, vous pensez bien qu’il a essayé.

Sauf qu’il ne trouve pas vraiment chaussure à son pied. Enfin, plus précisément, ouais, son profil accroche des filles, forcément, vu sa bouille ; Des demoiselles avec qui il entame des conversations, plus ou moins poussées. Mais le moment de la rencontre arrive rarement, voire jamais.

Vous l’aurez deviné, comme on dit, y’a une couille dans le potage concernant le petit profil parfait de mon pote : il a un handicap. Pour être plus précise, oui, il a des difficultés à se déplacer et il est en fauteuil roulant à cause d’une maladie bien vicieuse.

Déjà, je souhaite signaler que concernant le handicap, le site d’Adopte est quand même un des seuls à avoir un peu d’humour sur le sujet. Une fois, j’ai relu le profil de mon ami pour l’aider à enlever quelques trucs qui pourraient déplaire aux filles. Moi, je connaissais pas du tout, j’ai jamais eu à utiliser ce genre de sites¹. Faut savoir que quand un mec crée son profil, le concept du site,  c’est un peu comme si tu te vendais en tant que “poupée mec livrée avec ses accessoires”. Du genre : “Livré avec sèche-cheveux, livré avec console de jeux…”. Quand j’ai vu que tu pouvais cocher “livré avec déambulateur”, faut être honnête, j’ai trouvé ça bien fendard, et particulièrement approprié.

Parce que, lorsqu’on va sur les sites de rencontre dédiés aux personnes handicapées – ouais, en tant que “pro”², pour améliorer son profil, j’ai fait une analyse de l’existant, vous croyez quoi – on peut pas dire que ça soit…. hum… Très fun. Déjà que les sites de rencontre c’est pas ce qu’il y a de plus romantique …Donc Adopte, en l’occurence, il est bien foutu de ce côté là.

Bref ! Le problème ici, c’est pas spécialement les sites de rencontre.

Le problème, c’est la majorité des gens qui ne font pas l’effort de connaître une personne.

En fait, c’est le gros souci actuel : on est tellement dans une société lissée et stéréotypée qu’il faudrait “matcher” avec la personne parfaite pour nous. Il faut que notre moitié présente bien, corresponde à nos envies et nos besoins, à notre caractère, là, maintenant, tout de suite. Et dès que ça va pas, hein, faut pas déconner, on a pas de temps à perdre. Premières difficultés, bye bye.

On pourrait parler, globalement, du manque d’investissement des gens, dans le couple, et ailleurs. De la fuite devant les difficultés. Mais bon, c’est un autre débat, et c’est le mal du siècle. Ce “zapping” émotionnel.

Du coup, le profil “handicapé” ça marche moyen. Tu pars avec un joli malus.

En plus de ça, tu rajoutes la difficulté à pouvoir se projeter avec la personne. Quand bien même la personne que tu branches est sympathique/bien mignonne/te plait beaucoup, tu sais pas comment sa maladie et/ou son handicap vont évoluer. Si tu vas devoir chopper des skills d’infirmier, si tu vas devoir éponger des litres de bave, si tu vas pouvoir fonder une famille normale, la fin de vie…

C’est sur que ça refroidit. Et ça se comprend.

Et pourtant, pourtant. Cette différence, j’en suis sûre maintenant, c’est la marque de gens exceptionnels. De personnes dotées d’une certaine sagesse, d’une autre vision des choses. Des personnes capables de vous ouvrir les yeux, qui vous permettent de relativiser, et de vivre des choses hors du commun. C’est ça la vie. Côtoyer des gens beaux, lisses et parfaits, franchement, ça va deux secondes. Et puis y’a qu’à surfer sur Instagram pour en trouver. C’est pas ça les relations humaines. C’est pas ce genre de rencontres qui vous feront grandir.

Je ne voudrais pas que vous perceviez un ton moralisateur dans ce que j’écris ici.

Si vous prenez conscience de votre attitude envers des personnes dites “différentes” de vous, j’aurai gagné.

Si vous fuyez. Si vous êtes gêné. Si vous n’osez pas faire de blagues. Ces personnes, elles sont comme vous : elles ont leur caractère, elles ont des sentiments. Franchement, osez. Osez aller à la rencontre de personnes “différentes”, soyez vous mêmes, échangez. Si votre truc c’est l’humour noir par exemple, ben c’est pas grave, allez-y. Evidemment, ça risque de vexer, mais merde. Ouais, merde. Ces personnes, handicapées, malades, elles méritent un niveau de considération égal au nôtre en termes d’échanges et de rapports humains. Et oui, ça passe aussi par ce genre de chose. On doit s’adapter. Des fois, c’est difficile. Mais je mets ma main à couper que ça brisera la glace et que cette personne sera la première à rigoler, même si vous avez lamentablement échoué dans votre tentative d’approche avec une blague de merde.

Un exemple de comportement qui m’a mise hors de moi.

On est en boîte, avec une bande de potes. Bon, bien sur, Damien, il peut pas danser. Mais comme il veut s’amuser, il est là, sachant que bon, il va rester dans un coin. Nous généralement, on va taper la discute avec lui, chacun son tour, et on essaie qu’il s’emmerde le moins possible.

Durant la soirée, miracle : trois jolies demoiselles viennent lui parler. Contents pour lui,  nous le laissons en bonne compagnie, en se disant “Putain, chouette, croisons les doigts pour que ça marche !”.

Sauf que vous savez quoi ? TOUTES les filles sont venues JUSTE lui demander si ça ne le dérangeait pas de garder leur PUTAIN de manteau. Nan mais… Nan. Juste NON. Toi, tu crois que mon pote c’est un meuble quoi.

Donc pensez-y. Soyez honnêtes, parce que c’est le genre de comportement que j’observe depuis que Damien est mon pote. Des regards curieux, des regards de dégoût. Un manque de patience, puisque forcément, chaque événement prend plus de temps. De la peur. Des personnes qui restent silencieuses, où pire, qui font comme si mon pote n’existait pas. C’est plus facile.

Voilà le genre de petites choses, qui, cumulées, ajoutent du poids supplémentaire au fardeau déjà bien, bien lourd de ces personnes souffrant d’un handicap.

Comme me le disait Damien, “les gens ne reconnaissent pas non plus l’effort que ça me demande d’aller vers eux. Je voudrais juste ça. Juste qu’on comprenne que c’est pas facile pour moi d’aller vers les autres vu mon état et qu’il y ai une réponse, une reconnaissance”. Vous imaginez comme c’est triste, à sa place ? Vous vous faites chier à une soirée, vous êtes mal parce que vous êtes malade. Vous prenez tout ce que vous avez comme énergie pour vous intégrer, et vous vous retrouvez face à un mur de personnes qui vous ignorent. Un mur autant psychique que physique, puisque vu votre taille totale assis dans votre fauteuil roulant, la majorité du temps vous ne voyez que des culs³.

Voilà pourquoi je profite de cette campagne de “Adopte”, qui prône une certaine différence, pour parler de ce sujet souvent tabou de relations face au handicap. J’espère qu’en détournant les codes de leur campagne de pub’ permettra à certains d’entre vous de revoir leur rapport à ces personnes “différentes”.

A ce propos, cet article de Spencer Williams paru dans Vice en novembre dernier, “Je suis handicapé physique et j’ai une vie sexuelle”, m’avait beaucoup touché.

N’oubliez pas également, qu’au delà de l’effort de la rencontre et de l’échange, vous pouvez donner aussi : un peu de votre personne, quelques euros, ou les deux, à diverses associations comme le Téléthon. C’est important pour la recherche et pour les personnes qui en dépendent et attendent, avec espoir, des solutions pour leur vie future :).


Vous avez envie de faire la connaissance de Damien, que ce soit parce que cet article a piqué votre curiosité, parce que vous êtes intéressé par le personnage, ou simplement pour faire sa connaissance ? Vous trouverez son site ICI.

( Site qui manque d’articles mais c’est pas faute de le bouger, j’espère qui se sortira les doigts rapidement 😉 )


  1. Oui, je n’ai jamais fréquenté les sites de rencontres. C’est dû à mon charisme légendaire. ( C’est surtout dû au fait que ça n’existait pas quand j’étais jeune #mamie )
  2. Déformation professionnelle : en tant qu’illustratrice, quand on me donne un projet à conceptualiser, je regarde ce qui se fait déjà ; pour l’inspiration, pour rester dans l’air du temps, bref, c’est normal. Ben là, j’ai fait pareil avec les sites de rencontre XD. J’ai souvent pensé à me reconvertir en coach de vie #blague.
  3. Habitant la belle ville étudiante de Montpellier, soyons honnêtes. Voir des petits culs n’est pas toujours désagréable :3

← Previous post

Next post →

2 Comments

  1. Hello ! Je suis tombée sur ton site plutôt par hasard (ou plutôt en rebondissement de site en sites, je suis web dev, je cherchais si les gens qui ont développé Amour Sucré, j’ai atterri sur le linkedIn de Beemoov, où j’ai vu le lien de ton site, bref… Toi-même tu sais.), et je voulais dire bravo pour cet article, aussi bien son contenu que l’illu elle-même, c’était fort intéressant et ça rejoint tout à fait mon “idéologie” !
    Bonne continuation, je m’en vais lire le reste de ton site 😉

    • Myrtille

      Wow, merci énormément pour ce si gentil commentaire ! J’espèrais toucher les gens et ça a été le cas ( même s’il n’y a pas beaucoup de commentaires par ici :P, ça répond plutôt sur les réseaux sociaux ).
      Sinon effectivement je travaille en freelance pour Beemoov. Si tu cherches quelques infos n’hésite pas. En tout cas ils sont géniaux 🙂
      Bonne lecture à toi, et encore merci !

Leave a Reply

Solve : *
21 + 7 =